• Atteindre un état de déprime pesante, à un tel point que son moral semble racler le sol, ne plus voir de couleur sans cette entêtante dominante grise, redessiner ses cernes dans le miroir, ce dire qu'il faut faire quelque chose, que rien ne justifie cette chute vertigineuse, se sentir dans l'illégitimité d'appeler au secours, perdre ses mots, s'égarer dans le silence, crisper ses lèvres en de faux sourires, chercher une issue, un électrochoc, si je me faisais mal, avoir peur de l'autodestruction, haïr sa propre faiblesse, haïr ce cœur qui diffuse la peine, haïr les paradoxes, les non-sens, les antinomies, les contradictions, les apories de notre époque moderne, s'aliéner dans la confusion des genres, s'abîmer de ses désillusions, se sentir seul au monde entre humains et démons, broyer du noir au fond de son lit...
    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> 

    </o:p>
    Et puis du jour au lendemain vouloir briser les murs, se servir de ses chaînes comme d'une arme, relever la tête, porter les séquelles, le visage fermé et dur, cultiver sa rancœur et sentir battre un flux vindicatif au creux de ses veines, trouver la force de ressusciter, le regard haut et fier, apercevoir au fond de soi une communauté invisible. Et suivre le tempo qui nous guide. Merci à cet homme (cf photo), j'ai trouvé mon électrochoc.

     


    3 commentaires
  •  

    Barbary                                Cartea Negra                  Tsunami                                      Enola Gay                        Kamikaze                                   Valkiries                                             Fatwah                                  Globalization                                      Harmonies                   Police brutality                                               Death row                                  Guernica                             Dolly clone                                      Snuff films             Cannibalism             Les Racines du Mal                     Shoa                                 Big Brother                          BZ                          Tchernobyl                           Maternal                           Anthrax                    Hooligans                Apartheid                        Klu Klux Klan                         Taliban                        Mafia                    Honey               Land mines                                   Pollution               Famine                          Torture                             Xenophobe                           Pandemonium                        Oil Spills                          Electric chair              Alcatraz                         Attila                                    Lullaby                     Mercenaries                 Radioactivity                               Colateral loss                     Universal              Cut throats         Poetry          War                     Murder                         Jezabel                               Bethlehem           Apocalypse                        Madness            Rape                     Cataclysm                       Fairy Tales                              Samsary                                 BSE                         Barbary                    Bombs                     Torpedos                            Spiritual                            Nuclear                               Traffic jams                    Schizophrenic                             Concentration camps                            Heartless                                 Prestige                     Zyklon B                            Feathers            Napalm                             Vicious                      Debris                            Combat                              Paramilitary              Clonee           Refugee Camps                     Chains and Guns                      Meditation                         Whips and pain                     Identifies                   Immolation                              Attacks                        Carpet Bombs                           Biological                         Chemical                Avalokitechvara                         Genocide          Amputees                  Catastrophes                         Crualty                 Dictator            Peace             Insane           Victims                           Poverty                           Heartbreak                    Factories            OGM                  Handcuffs          Horrid traps            Caress                           Massacres                    Lapidation                   Four Quarters                     Hell on Earth                 Homeless                             Fire                              Blaze                             Jezabel         Honesty           Barbary                                  Destroy                    Futile                           Despair             Cataclysm              NRA (National Rifle Association)           Muse                Uranium             BSE (Bovine Spongiform Encephalopathy)                                     Bombs                          Tropedos             Magnifica-ing        Nuclear                        Traffic Jams                                          Schizophrenic               Concentration Camps                               Heartless             Relief                  Prestige                                Zyklon B             Napalm                    Vicious            White Hate                  Gardian Angel


    Cain and Abel  Birth  Death  Essence  Camouflage  Natural  Clonage  Aphrodite  Attila   Gandhi  Generals Tenderness 

    Versus


    5 commentaires
  •  

    Charisman - Lofofora

    Libérez-vous du poids de vos contraintes
    Je connais vos craintes
    Ecoutez ma voix
    Arrêtez vos complaintes
    Venez trouver la foi
    Délivrez vous du mal
    J'ai en ma possession
    La solution à vos angoisses, brisons la glace
    Mes frères, je sens que le courant passe
    Nous ne sommes que poussières perduent dans l'espace
    Accordez moi votre confiance
    Je vous sortirais de l'impasse où la monotomie de la routine vous tasse
    J'apporterais le rêve et la lumière
    J'ai l'art et la manière
    Le don d'avoir l'air immortel
    Léger comme l'air, tel le volatile qui ne touche jamais terre
    Je suis celui que tu aurais aimé être
    Celui que tu suis qui te monte à la tête
    L'exemple que tu samples et que tu répètes
    Plus que ton être c'est moi que tu respectes
    A chacun de mes mots tu restes accroché à ma bouche
    Ma voix t'appelle comme le miel attire les mouches:
    Des formules faciles, des phrases qui t'ennivrent
    Tu aimes, tu réclames, à la pelle je t'en livre
    Tu t'enlisais avant moi, partais à la dérive
    Tu n'existais pas avant moi
    Rien que l'impression de vivre une comédie
    Une parodie, l'opposé du paradis
    Aujourd'hui c'est fini
    Nous sommes enfin réunis
    Adorez le leader
    Le gourou qui voit clair dans le flou
    L'empereur, le führer, le seigneur des fous
    Comptez sur moi j'ai ce qu'il vous faut
    Ce que l'on vous a dit avant moi était faux
    Tu commences à ressentir la puissance t'envahir
    Sois heureux d'apprécier ce que tu ne seras jamais:
    Le messie, l'icône, l'idole, l'ami idéal
    Tu me vénères et m'installes au sommet d'un piédestal
    Et je deviens le gardien du bien et du mal
    Tu me portes si haut que je côtoie les dieux
    Je sais prendre le nom et l'aspect que je veux:
    Chanteur de rock, de rap, de variété
    Cador électoral, président député
    Présentaleur à la télé
    Tapin médiatique ou prophète à la tête d'une secte satanique
    Je fais la collecte des adeptes dont je capte l'intellect
    A tous les étages je prospecte
    Prospères sont les affaires car je ratisse large
    Pour vous emmener vers le nouvel âge


    9 commentaires

  • Nouvelle journée qui commence. Et qui s'annonce d'acabit égal aux précédentes. Je continue d'espérer qu'il neige... Ma planche de snowboard entame une période de dépression au fond de ma penderie.


    Au programme pour cet article :
    - Un coup de gueule concernant Tokio Hotel, mais abordant principalement le thème de ceux qui emploient à tort et à travers le terme commerciale pour qualifier la musique de certains groupes d'aujourd'hui.
    - Ma passion pour la comédie et mon choix d'études
    - Deux photos de moi

    Place à mon coup de gueule.
    Une réflexion s'est imposée à moi face au phénomène Tokio Hotel. J'ai écouté les chansons de leur premier album, sorti il y a un moment déjà, en 2005 si je ne me trompe. Pour indication, les frères Kaulitz avaient tout juste 15 ans. La musique est fluide, généralement gentillette, mais quoi qu'en disent les pseudo-connaisseurs du monde entier de la musique de la terre accrocs des seventies, elle est agréable à écouter, les morceaux sont recherchés, pas de boîte à rythme bidon (tuf taf ! tuf tuf taf ! ... mdr XD) ni de riffs bon marché copiés à la va-vite dans les livres d'apprentissage de guitare. Assurément,  ces petites jeunes cherchent à nous pondre de jolis morceaux et à se faire plaisir. J'ai, passé un temps, fait partie de ceux qui raillaient les nouveaux groupes d'aujourd'hui tels que l'incontournable Kyo (Maintenant, j'accroche sans plus. Mais ceci est une question goût, je ne me permet plus de les critiquer dans tous les sens), fait partie de ceux atteints de la maladie universellement humaine qu'est le besoin de se sentir plus intelligent, plus beau, plus fort, et surtout dans ce cas précis plus cultivé musicalement. Sous prétexte de prôner la sagesse musicale, ces personnes prônent la vieillesse. Qu'est-ce que des groupes comme Led Zep viennent faire en 2007 ? Laissez les monuments du passé au passé. Rien n'interdit de les aimer encore aujourd'hui mais il ne faut pas comparer ce qui n'est pas comparable. Il faut savoir vivre avec son temps, et c'est exactement ce que ces personnes... Ne savent pas faire. Combien ont déjà dit qu'ils auraient aimé naître assez tôt pour voir ces groupes en concert ? Alors qu'à l'époque, ceux qui allaient les voir été les jeunes qui se faisaient railler par les adeptes du bon vieux rock'n'roll des années antérieures dont certains pleurnichaient déjà de n'avoir pu naître assez tôt pour voir le King a ses débuts alors que lui-même n'étaient aimés que par les jeunes et rejeté par le reste en son temps... Cercle vicieux pour imbéciles. Dans vingt ans en 2027, certains de mêmes acabits diront « Oh j'aurais bien aimer naître plus tôt pour voir Tokio Hotel à leurs débuts en concert ! Les groupes d'aujourd'hui c'est de la merde commerciale... Franchement à l'époque c'était mieux... » Sachez vivre avec votre temps nom de dieu ! Je suis d'accord sur le fait que certains vieux groupes sont GRANDIOSES ! y'a pas à dire. Mais maintenant les choses, les goûts, et les couleurs ont changé, évolué ! M'enfin ça me fait repenser à mes cours de philosophie de l'année passée, dans lesquels la prof nous avait expliqué qu'en tous temps, l'Homme avait toujours mis sur un piédestal les connaissances et savoir-faire des anciens, point à la ligne.
    Bref, les rabas-joie de ce genre ne rabattent  la joie qu'à eux-mêmes ! Car les fans de Tokio Hotel, Kyo, Avril Lavigne, et autres Green Day (D'accord, je ne fais pas partie moi-même de leurs adeptes... -_- Mais je le dis quand même car c'est la vérité et je suis bien d'accord avec eux) n'en auront rien à foutre des élucubrations débiles de jeunes (oui c'est triste) groupies d'artistes pour la plupart décédés, bons qu'à écouter de vieux tubs certes mythiques mais poussiéreux sur leur pc (voire même sur leur tourne-disque après tout, tant qu'on y est soyons fous !), cloîtrés chez eux et en train de se foutre de la gueule de ceux qui sont en train de s'éclater dans la fosse devant les concerts de groupes plus MODERNES que commerciaux, de groupes de jeunes qui savent vivre avec leur temps et OUI ! savent faire de la musique qui plaît car c'est de la musique de leur génération, de la musique qui leur plaît à eux aussi, de la musique qui n'en a rien à branler de pisses-tordus tels que ceux que je viens de commenter. Ca me fait bien rire, et il n'y a pas que moi, quand je lis ce qu'écrivent des personnes soit disant bien pensantes, qui alors qu'elles essayent de démolir Tokio Hotel ne trouvent rien à redire si ce n'est que (attention, prenez une grande bouffée d'air ! Ca va être long... PARTI !) ce n'est pas du métal et que c'est pas bien parce que les gens disent que c'est du métal alors que ce n'en est pas et pis ça ressemble surtout à du pop rock mais du pop rock ça veut rien dire parce que même Britney et Justin on dit qu'ils font du pop rock parce que le pop rock c'est un gigantesque fourre tout, alors voilà ce sont que des petits branleurs qui font des études marketing à 50 000 € pour savoir ce qui va plaire c'est pour ça que ça plait. (Vous pouvez reprendre votre souffle.) Voilà le type d'argument qui revient le plus souvent (vous pouvez arrêter de rire hein...), je suis d'accord avec vous pour dire que c'est stupide et hilarant, mais c'est bel et bien ce que l'on peut lire sur le net ou entendre lors de débats. Je suis d'accord aussi pour dire que ça ne tient pas la route, que même si on disait que Korn ou Slipknot ou Metallica faisaient du pop rock ça ne me gênerait pas, parce que la classification de nos jours devient d'un compliqué monstrueux et qu'il ne faut plus en tenir compte. Et aussi le coup des maisons de disques machiavéliques qui vont jusqu'à étudier le marché de la musique pour dicter aux musiciens le type de note, de mélodies, de paroles pour que ça marchent bien... Halala... Je suis pressée de lire et entendre les prochaines inventions grotesques de nos amis les blasés des années 2000 qui ne comprennent pas qu'on puisse aimer les bons vieux tubes d'avant tout en aimant la musique d'aujourd'hui. Voilà ! Ce texte n'est pas une attaque en soit mais plus un message d'espoir pour faire réagir ceux qui se reconnaîtront dans ces lignes. Vivez avec votre temps, il vaut le coup d'être vécu. C'est bien beau d'avoir une large culture musicale des années 60, 70, 80... Mais intéressez vous aussi à ce qui se fait aujourd'hui au lieu de critiquer bêtement. Il en faut pour tous les goûts, si les vôtres se cantonnent aux seventies, soit. Mais cessez de vouloir jouer les supérieurs en prônant la soit-disante perfection de groupes... morts.
    Voilà ! Ca fait un moment que je l'avais sur le cœur ce petit coup de gueule ! Pour éclairer les choses, je tiens à dire que je ne suis pas spécialement fan d'Avril Lavigne, Kyo et compagnie (voire même... Très peu :s). Mais il faut savoir accepter les goûts des autres sans se placer soi-même sur un piédestal et rester ouvert à toutes les nouvelles tendances musicales pour ne pas finir blasés et secs comme de vieux adorateurs d'has been.
    Bon allez pour le coup de la classification, on a qu'à dire que Tokio Hotel c'est du Néo-Rock ! (D'où le titre de l'article) Pas de chants hurlés et déchirants d'agonie, mais pourtant des passages de guitares agréables et rapides, une batterie énergique, une voix forte... Notre Billy d'amour chante très bien ! =p mdr XD. Allez ça suffit bye bye.

    PS ! : A ceux d'entre vous qui souhaitent copier/coller ce texte pour argumenter contre ce genre de personnes agaçantes, ne vous privez pas. Seulement j'aimerais en retour que vous citiez mon pseudonyme (Dark Shiver) et que vous fassiez un lien vers ce blog. Merci.



    Maintenant, ma passion pour la comédie. Je pense tenir cette dernière de ma mère puisqu'apparemment elle avait la même durant sa jeunesse. J'ai toujours adoré le théâtre. Ou tout ce qui touche à l'incarnation d'un personnage. J'adore le cinéma. J'ai passé toutes mes années de collège à attendre impatiemment le vendredi soir, date à laquelle j'avais hebdomadairement mon cours de théâtre. Chaque année de travail donnait lieu à un spectacle. Les textes étaient de notre création, et je pense pouvoir affirmer que nous avions énormément de succès à l'époque. Le tout était basé sur l'instinct créatif, partant de l'improvisation pour donner des scènes écrites d'un jet, sur le parquet de scène. Uniquement humoristique durant toutes ces années. Le tout récompensé par les éclats de rire et d'applaudissement durant le mois de juin, dans la salle de théâtre de notre ville. Ma prof m'avait montré avec conviction les plaquettes de lycées du département proposant un enseignement de théâtre. Elle espérait que je continue dans cette branche. Mais pour cela il aurait fallu que je parte de chez moi pour vivre en internat, tout ça pour une option. Ma mère ne me soutenait pas, concluant qu'il était trop dur de vivre de la comédie, même quand on continuait des études supérieures aux débouchés restreints dans cette branche. Et j'étais entièrement d'accord avec elle. Il me fallait quelque chose de plus sûr. De plus cartésien aussi... Puis je rentrai au lycée de ma ville... Le club théâtre de ce nouvel établissement ne me plaisait pas. Je me mis à chercher des castings et des troupes de théâtre susceptibles de vouloir d'une adolescente telle que je l'étais à quinze/seize ans, pas très bien dans sa peau et en manque d'assurance (n'allez surtout pas vous imaginer la gothopouf typique de l'adolescente mal dans sa peau, ce serait une erreur. J'étais très classique en mon genre, effacée.). J'ai vite baissé les bras. Dans mon bled pommé, il ne fallait pas espérer grand-chose. Je passai donc mes trois années lycéennes sans comédie, obtenant mon bac S sans motivation, sans trop savoir quoi faire après. Une seule chose était sûre, c'est que je n'avais pas supprimé mon avenir de comédienne pour aller me ramasser à l'université... Il me fallait des études professionnalisantes, un apprentissage niveau bac+. Mon ambition naturelle me poussa à choisir autre chose qu'une formation professionnalisante en université voire IUT. Il me fallait une grande école. C'est-à-dire commerce ou ingénierie. Lassée au summum par mon bac S, je me refusai de suivre encore 5 ans de sciences en école d'ingénieur. Je choisis donc la voie de l'école de commerce. Je passai des concours, et finis par atterrir à l'Idrac de Lyon. Une excellente école, quoi qu'en disent les rivaux blasés et venimeux des autres écoles. Parachutée un peu au hasard dans cette branche, je dois dire qu'elle ne me déplaît pas pour l'instant, au contraire. Je trouve chacun de mes cours passionnants. Et j'ai surtout pu me relancer dans ce que je préfère. La comédie. Il y a en effet un club théatre à l'UPIL (Université Professionnelle Internationale de Lyon) René Cassin, géré par Monsieur Yvan Caillat (pardon Yvan pour les fautes s'il y en a), metteur en scène dans sa vie en dehors de ses interventions à l'Idrac. Quelqu'un de très sympathique, pour le très peu que je connais de lui. Et me voici donc chargée de l'interprétation d'un monologue du grand Harold Pinter. Mon seul problème, c'est la mémoire. Dur dur de retenir tout le texte ! x_x Mais je vais y arriver, pas de soucis. La représentation est en avril je crois... Ou mars ? *commence à stresser* Lol.  Mais pourquoi cette passion ? Qu'est-ce qui me plaît là-dedans ? Je pense l'évasion et surtout l'étude du comportement humain, la fascination face aux réactions, aux attitudes. Entrer dans la peau d'un autre et agir selon lui, me détacher de ma propre vie, de mon propre caractère, pour partir à l'aventure de cette grande inconnue qu'est la toile démesurée de la psyché humaine. Au lycée, j'ai trouvé un substitut de taille à mon activité sur les planches : les forums rpg. Je crois que tous les rpgistes passionnés sont des acteurs dans l'âme, des artistes surtout, adeptes de toute forme d'expression, passionnés par toutes les nuances de l'humanité et de la vie, par toutes les situations, joies comme peines, folie comme équilibre. Je dis ça en connaissance de cause, certains se reconnaîtront peut-être.

    Mon oeil
    Mon oeil

    Aperçu de mon visage

    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique