• | Yoshiki |

    Bon et bien voici la plus longue biographie que j'ai eu à écrire... Celle du grand maître, Yoshiki ;) Quelques courts passages sont empruntés et d'autres... manquants xD

    Si l'on devait dresser une pyramide de notoriété dans le monde du rock asiatique, Yoshiki en serait indéniablement le sommet incontesté. Influent dans le monde de la musique, il est LA figure-icône indétrônée du Jrock tel que nous le connaissons. On lui doit beaucoup. Visual Kei... Ce fut lui et ses partenaires d'X-Japan qui lancèrent le mouvement il y a bien longtemps. Perfectionniste fanatique, il est connu pour sa particulière émotivité qui le fait fondre en larmes ou tout détruire sur son passage à la moindre occasion. En constant paradoxe entre la brutalité et la douceur, la haine et l'amour, l'exubérance et la timidité, Yoshiki est un être complexe et pourtant humble qui n'a jamais cessé de fasciner. Entre caractère inné, ou acquis de son passé dramatique, voici l'histoire qui forgea le Yoshiki d'aujourd'hui, grandiose et incroyablement attachant.

    Yoshiki, de son patronyme Hayashi, est né le 20 novembre 1965 à Tateyama, Chiba au Japon. Sa mère est professeur de piano, son père... Je n'ai pas réussi à trouver ce qu'il faisait dans la vie. Dès sa plus jeune enfance, aux environs de 4 ou 5 ans, sa chère génitrice entreprend de lui enseigner son instrument. Rien n'est à signaler jusqu'à ce qu'il atteigne ses 10 ans. C'est en cette fatidique année que le petit Yoshiki retrouve le corps inerte de son père, pendu. Ce suicide serait dû à des problèmes financiers. Afin de lui faire extérioriser toute sa peine et son horreur, la mère de Yoshiki lui offre une batterie. C'est ainsi que se firent les débuts du virtuose que l'on connaît aujourd'hui, teinté de peine et de violence.
    Cependant, suite à cet évènement lugubre, Yoshiki devient turbulent. Il cause de nombreux problèmes, créent de multiples conflits à l'école. Il termine ses études en 1982. Il a alors 17 ans. Il propose alors à son ami d'enfance Toshimitsu Deyama (Alias Toshi, chant) de partir à Tokyo pour monter un groupe de rock avec lui. Ce dernier, qui se réservait à de brillantes études dans la médecine, accepte malgré tout la proposition de son meilleur ami. Ainsi débute la légende de X-Japan.
    Bien sûr, leurs débuts ne sont pas cléments. Le nom du groupe est incertain. Il passe de Dynamite, à Noise, puis à X. De plus, Yoshiki et Toshi sont les seuls noyaux durs. En effet, extrêmement perfectionniste et jamais satisfait, Yoshiki ne garde que rarement au sein de son groupe les musiciens qu'il choisit pourtant très sévèrement. Il faut attendre 1985 pour que la formation se stabilise. On trouve alors Tomoaki Ishizuka (Alias Pata, guitare), Taiji Sawado (Alias Taiji, guitare basse), ainsi que le fameux Hideto Matsumoto (Alias hide, guitare). Cependant, le style de musique novateur que X propose ne plaît pas aux maisons de disques. Trop nouveau, trop agressif, trop marginal.
    Malgré ces débuts balbutiants, rien ne décourage l'ambitieux et téméraire Yoshiki qui entreprend alors de créer sa propre maison de disques, la célèbre EXTASY RECORDS. Yoshiki n'étant pas riche à la base, ce fut sa mère qui, en vendant sa petite entreprise, lui fournit les fonds nécessaires et le soutient dans sa démarche.
    Trois ans plus tard, en 1988, sort enfin le premier album de X, appelé Vanishing Vision. Yoshiki arbore un visuel très efféminé avec d'immensément longs cheveux. Le groupe entier cultive la différence.

     

    Blue Blood sort en 1989, Jealousy en 1991... Taiji quitte le groupe au début de 1992. S'ensuite une vaine tentative de percée aux USA. C'est suite à cet échec que le groupe se rebaptise X-Japan (un groupe américain s'appelait déjà X). Le groupe sort Art of Life en 1993 qui est une seule et unique chanson de plus de 30 minutes.
    Le succès rencontré est fulgurant et dépasse de loin celui de tous les autres groupes précédents et contemporains. Désormais entré dans l'histoire du Japon, X-Japan est une véritable machine à hits. La plupart de leurs singles se vendent à plus d'un million d'exemplaires chacun. Yoshiki et sa bande forme le premier groupe de l'histoire à jouer au gigantesque Tôkyô Dôme plusieurs soirs d'affilée à guichet fermé. Précurseurs du Visual Kei, ils créent la sensation du jamais-vu au Japon... Yoshiki, leadeur charismatique, brutal et émotif, fascine les foules par sa musique et ses solos grandioses à la batterie comme au piano. Les médecins lui conseillent d'arrêter de jouer de la batterie... En effet, sa frénésie va jusqu'à lui briser les poignets, les cervicales, abîmer ses coudes, le faire s'évanouir sur scène à force d'avoir trop pousser ses ressources à bout. Il est à l'origine de la plupart des titres de X-Japan, de la composition comme des paroles. Il est l'auteur des plus grands succès du groupe, comme Kurenai, Rose of Pain (pour l'anecdote Midori Ito utilisa cette chanson pour sa représentation sur glace lors du World Pro de 1993 qu'elle remporta haut la main après avoir conquis son public international avec sa chorégraphie parfaite qu'elle réalisa avec une rose), Week-End, etc... Il composa aussi les magnifiques ballades Endless Rain, Crucify my love, ou Say Anything.
    Chacun suit sa propre carrière solo, parallèlement à X-Japan. Yoshiki de son côté monte le groupe V2 en 1991 avec Tetsuya Komuro, un de ses amis. Il compose également la « Yoshiki Selection I » qui regroupe ses morceaux classiques préférés. Grand amateur de musique classique, il sort en 1993 Eternal Melody qui comporte les versions orchestrales de ses compositions au sein de X-Japan, avec l'appui de l'ancien producteur des Beatles (et ouais carrément, m'enfin c'est Yoshiki...) et l'orchestre philharmonique de Londres. Sans perdre une seconde de son temps, il compose aussi l'incroyable et magnifique pièce symphonique Amethyst. De même, il réalise un single avec la chanteuse Noa, Imawo Dakishimete. Ainsi que la version symphonique de Black Diamond pour Kiss my Ass. Il collabore également avec l'ex-batteur de Queen, Roger Taylor, pour Foreign Sand et Final Destination. Il compose Rain pour le groupe Glay. Enfin il sort « Yoshiki Selection II » en 1996. Et sort enfin l'ultime opus de X-Japan, Dalhia en 1996. Ecrit à moitié en anglais, il illustre clairement le désir de Yoshiki de s'exporter en Occident. De l'eau à couler sous les ponts depuis l'époque où le groupe se lançait dans l'aventure. Yoshiki a changé, d'apparence en tout cas. Il a fait couper ses longs cheveux et se virilise tout en restant un très élégant personnage.
    Mais l'histoire se dégrade à partir de 1997, quand Yoshiki annonce, à la plus grande surprise de tous, la dissolution de X-Japan, lors d'une conférence de presse officielle, le 22 septembre 1997. Le groupe se réunit une dernière fois pour un ultime concert d'adieu qui dura 4h dans une salle pleine et à guichet fermé au Tôkyô Dome, le 31 décembre 1997. Pour cette occasion, Yoshiki compose la célèbre Last Song. Cependant, une lueur d'espoir réconforte les fans. Yoshiki et le chouchou de tous, hide, projettent de reformer X-Japan pour l'an 2000.
    Mais un drame stoppe net tout espoir de reformation. L'adulé hide décède le 2 mai 1998. Yoshiki sombre alors dans une profonde dépression. Il se referme sur lui-même et part vivre à Los Angeles, fuyant le désespoir et la pression médiatique qui l'entoure. Il disparaît du grand public. Cependant, il ne se repose pas sur ses lauriers. Il se promet de ne plus composer ni jouer de la batterie pour ne pas remuer de souvenir trop douloureux mais rachète les studios One on one Studios à Madonna (où elle avait installé son label Maverick Records) pour les rénover dans un premier temps puis créer les Extasy Recording Studios. Il crée le label Extasy Records International en se rappelant les énormes succès des premiers artistes d'Extasy Records tels que Luna Sea (groupe de Sugizo) et Glay, dans l'objectif de réitérer l'expérience en Amérique. Il produit alors de nombreux groupes non-nippons tels que Kidney Thieves, Red Delicious, Laura Dawn, Aja Daashuur ou encore Abandoned Pools. Il loue également les studios à d'autres artistes pour des enregistrements, comme par exemple au fameux groupe A Perfect Circle. Parmi les grands noms qu'il a produit on trouve l'incontournable Dir en Grey.
    C'est alors qu'il se voit confier la composition d'Anniversary en l'honneur de l'anniversaire du couronnement de l'Empereur du Japon. C'est ainsi que le 10 novembre 1999, accompagné d'un orchestre, il joue un concerto pour piano. On soupçonne la foule innommable présente de n'avoir pas été uniquement là à la gloire de sa majesté respectée l'Empereur mais bel et bien pour voir Yoshiki remonter sur scène pour la première fois après la dissolution de X-Japan. Adulé par des milliers et milliers de fans en cette occasion, il subit comme un électrochoc et choisit de reprendre la composition et l'interprétation de musique.
    C'est alors que dès 2000, on entend reparler de lui et de son fameux projet VioletUK dont il signe quelques morceaux pour des publicités. Il réapparaît dans la presse, il fait la couverture de SHOXX et FOOL'S MATE avec en gros titre pour ce dernier « YOSHIKI RETURNS !!! ». Le 30 mai 2001, le LAST LIVE sort en version CD puis DVD le 31 février 2002. Grosse déception cependant, The Last Song ne figure pas sur le DVD. Malgré tout, on y trouve une vidéo de promotion de VioletUK. Le service YOSHIKI MOBILE est créé au Japon (Il s'agit d'un service payant de SMS pour recevoir des news exclusives sur YOSHIKI et ses différentes activités, dont Violet UK.). Alors que tout le monde s'attend à la sortie d'un album de VioletUK, Yoshiki crée la surprise en annonçant qu'il rejoint le groupe GLOBE avec –devinez qui- son pote Tetsuya Komuro avec qui il avait formé V2 en 1991. Après un album au sein de GLOBE, Level 4, Yoshiki quitte le groupe. Les 3 et 4 décembre 2002, YOSHIKI fait son retour sur scène lors d'un concert classique devant 5 000 personnes au Tokyo International Forum, accompagné par le Tokyo City Philarmonic Orchestra. Comme un symbole, il commence par jouer The Last Song, dernière chanson jouée durant le Last Live. Il interprète même quelques morceaux de VioletUK et en profite pour dévoiler deux des chanteuses, Daughter et Nicole Scherzinger qui interprète I'll be your love. Cette dernière a aujourd'hui rejoint les Pussycat Dolls. Ce concert permit de voir Yoshiki en chef d'orchestre. Le DVD, Yoshiki Symphonic Concert 2002 With Tokyo City Philarmonic Orchestra est annoncé pour le 28 mai 2003 (réf. : COBA-50728), ainsi qu'un album orchestral, Eternal Melody II. Malheureusement, les sorties sont repoussées pour une durée indéterminée. On voit alors YOSHIKI se consacrer à pas mal de choses (production du groupe koréen THE TRAX, participation à la course BULLRUN, écriture d'une chanson pour la revue japonaise TAKARAZUKA, promotion pour l'exposition universelle AICHI, interviews), mais pas beaucoup de nouvelles de Violet UK. Finalement, Eternal Melody II sort le 23 mars 2005 et le DVD le 30 mars ! Les deux albums orchestraux sont acclamés par la critique et Yoshiki écrit à leur demande l'hymne de l'Exposition Internationale de 2005.
    Il conduit le « Super World Orchestra », orchestre composé de plus de 100 musiciens considérés comme les meilleurs mondiaux, sur cette création lors de la cérémonie d'ouverture de l'Expo. Tout ça pour dire que VioletUK ne semble pas avancer. Tout semble flou à propos de la sortie d'un album de VioletUK et malgré les dates annoncées et autres titres, rien ne se précise. Jusqu'à ce que Yoshiki mette en ligne deux blogs sur MySpace. On peut alors écouter des extraits de VioletUK. Et tout suit son cours...
    Jusqu'à ce qu'il se rende à l'OTAKON les 5 et 6 août 2006. Il y fait alors une annonce qui secoue le monde du Jrock : il projette de former un groupe avec Gackt. Il n'ajoute rien jusqu'au 26 décembre 2006 où il fait une nouvelle annonce explosive : comme si former un groupe avec Gackt n'était déjà pas suffisant, il nous informe que Sugizo, le guitariste du cultissime groupe Luna Sea sera de la partie ! Les fans sont sceptiques, surtout quand on sait que les rapports entre les hommes étaient plutôt conflictuels par le passé. Le projet réveille et passionne le monde du JRock. On fait des paris, des hypothèses sur le quatrième membre du groupe. Beaucoup sont certains que ce sera miyavi. Fin mai 2007, à l'occasion du festival JRock Revolution organisé par Yoshiki lui-même, c'est miyavi en personne qui annonce qu'il sera le petit der' de la bande. Malgré les questions qui se posent sur le bassiste, S.K.I.N. est formé.
    Le 29 juin 2007, lors de l'Anime Expo de Long Beach en Californie, a lieu le premier concert de S.K.I.N...

    Petite conclusion inspirée d'une biographie trouvée sur le site de la Japan Expo : Pendant plus de 10 ans, son chef d'œuvre a évolué, les détails réglés jusqu'au fanatisme, les membres poussés au summum de leur art. Les rumeurs courent déjà ; des extraits musicaux sont apparus sur le Net, lâchés en proies aux griffes des fans avides de nouveautés. Le Prince du JRock prépare son assaut médiatique depuis le royaume de l'underground ...
    Création du nouveau groupe S.K.I.N., composé de superstars du Jrock et la rumeur qui veut que X-Japan se reforme... Si ne serait-ce qu'un seul de ses projets devait décoller, Yoshiki pourrait sans doute changer la face de la scène musicale mondiale.

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :